thomas3.jpg

C’est dans un quartier branché de Londres, au sein du restaurant semi gastronomique

« Almeida » que Thomas Guignier à fait ses débuts.

Ambitieux et autodidacte, il commence sa carrière en tant qu’aide de cuisine, puis commis et évolue en tant que demi chef de partie.

Suite à cette expérience, Thomas le sait :

Il vouera sa carrière à l’art culinaire.

C’est grâce à sa mère et ses grand-mères qui ont toujours privilégié les produits frais et régionaux, que Thomas est passionné de cuisine depuis son plus jeune âge.

Après deux années  passées à l’étranger, Thomas décide de commencer une formation professionnelle pour s’initier aux techniques et aux bases de la grande cuisine Française.

Il rejoint donc le Lycée Hôtelier Médéric dans le 17 ème arrondissement de Paris pour un cursus en apprentissage, ce qui lui permit de mêler théorie et pratique. 

Il passât ses deux années d’apprentissage dans les cuisines du restaurant « Le Drouant » sous la supervision du Chef Antoine Westermann.

Le chef

Thomas Guignier

Suite à ces deux années d’études,

il saisit l’opportunité d’évoluer et d’enrichir son expérience professionnelle dans de prestigieuses maison parisiennes telles que :

« La table du 8 » commandée par le chef Benoit Hilaire, anciennement sous-chef du Drouant,

« La Maison Blanche », supervisée à l’Epoque par les frères Pourcel,

« L’oiseau Blanc » au sein du Palace The Peninsula Paris avec comme chef Sydney Redel 

 

& notamment une belle expérience en Suisse

Le restaurant étoilé au guide Michelin  du Lausanne Palace, « La Table d’Edgard ».

Natif de la région viticole qu’est le  Beaujolais et issu d’une famille de viticulteur, il s’est avéré évident pour notre chef qu’un retour aux sources était nécessaire.

L’alchimie entre de bons produits régionaux, des légumes cultivés chez nos chers producteurs, d’excellents vins et des techniques acquises au cours de sa carrière, laissent à penser qu’il a toutes les cartes en main pour vous offrir une cuisine qu’il prend plaisir à réaliser avec passion et qui plaira aux plus nombreux.

Accompagné de son second Axel Mourelon, Thomas vous proposera une cuisine que l’on pourrait qualifier de bistronomique, généreuse, chaleureuse, traditionnelle française et au goût du jour. 

INTERVIEW PAR LE MAGAZINE
A VOUS 2 VOIR ...

Après La Robe Rouge, le chef Thomas Guignier vient d’ouvrir son 2e restaurant, Le Morgon.

Toujours à Villié-Morgon et avec sa sœur Pernelle en directrice de salle et son père, Michel, vigneron,

naturellement responsable de la cave.

Il se dévoile en répondant à notre questionnaire à la manière de Proust.

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire ce métier ? 

Thomas Guignier : A la base ce qui m’a plu en cuisine, c’était le stress et l’adrénaline que je ressentais pendant  le service. Ensuite j’ai commencé à aimer le fait qu’il soit possible d’être créatif et d’avoir un lien avec la nature.

Quel est votre parcours ?

T.G. : J’ai commencé en tant qu’aide cuisine dans un restaurant à Londres.  Ensuite j’ai fait l’école hotellière dans le 17eme arrondissement de Paris, mon apprentissage au restaurant Le Drouant. Puis j’ai travaillé à La Table du 8, La Maison Blanche et L’Oiseau Blanc à Paris. Je suis également passé par La Table d’Edgard au Lausanne Palace en Suisse. Une expérience de 8 ans avant d’ouvrir mon 1er restaurant, La Robe Rouge, il y a deux ans et demi, avec ma sœur et mon père, et, depuis 4 mois, notre 2e restaurant, Le Morgon.

Votre ingrédient chouchou, que vous aimez particulièrement cuisiner ? 

T.G. : Les légumes en général… la truffe également !

Votre rituel en cuisine ? 

T.G. : Je bois toujours un café en arrivant le matin, je prends le temps de regarder ma liste de travail du matin et les réservations du jour avant de commencer à cuisiner.

L’ustensile dont vous ne pouvez-vous passer ? 

T.G. : Mes couteaux japonais, sans bons couteaux on est foutu !  

Le meilleur conseil qu’on vous ait donné pour votre métier ? 

T.G. : Prends du plaisir !

Le plat dont vous êtes le plus fier ?  

T.G. : Le ris de veau déclinaison de choux fleurs émulsion chocolat blanc qui est mon plat phare a La Robe Rouge

Votre goût : êtes-vous plutôt sucré ou salé ? 

T.G. : Salé, je ne mange du sucre que très rarement !

Votre légume préféré, et celui que vous aimez particulièrement cuisiner ? 

T.G. : Je n’ai pas vraiment de légume préféré : je les aime tous. J’aime bien cuisiner le fenouil car on peut l’utiliser de plusieurs façons (cela vaut avec la plupart des légumes).

A La Robe rouge, on le cuisine souvent cuit dans le jus d’orange avec des épices et ensuite cuit sur le grill.

Votre dessert préféré ? Celui que vous aimez préparer ? 

T.G. : Mon préféré : la tarte tropézienne, celui que j’aime préparer : le tiramisu

Votre cocktail et votre vin préféré ? 

T.G. : Mon cocktail préféré : l’Expresso Martini ou le Long Island. Mon vin préféré : le Morgon Canon de mon père, Michel Guignier. En blanc, j’aime bien les riesling.

Quel est le plat qui vous réconforte quand vous n’allez pas bien ? 

T.G. : Quelque chose de bien gras !

Est-ce que dans la nourriture vous avez un plaisir coupable ? 

T.G. : Je mange plutôt équilibré la plupart du temps mais une fois tous les 15 jours environ je mange 2 pizzas ou 2 kebabs avec du coca (zéro quand même haha) Je sais que ce n’est pas bon pour la santé, mais de temps en temps je ne fais pas attention. Je pense que ça fait du bien au mental et ça relance l’organisme !

cuisine.jpg

Thomas Guignier  -  Axel Mourelon  -  Marie Victorine Manoa

chefequipe.jpg

Le Chef et l'équipe de salle

cuillere.jpg